Quelles sont les différences entre le portage salarial et le statut d'auto-entrepreneur ? Peut-on cumuler les deux ?

Le portage salarial et surtout l'auto-entrepreneuriat sont deux statuts relativement nouveaux dans le monde du travail, ce qui explique le fait que peu de gens soient capables d'expliquer les différences entre ces statuts. Pourtant elles sont nombreuses et le portage salarial est bien souvent plus avantageux.

Portage salarial vs auto-entrepreneur : quelles sont les différences ?

Comparatif entre le statut d’auto-entrepreneur et le portage salarial

Le statut juridique

L’une des principales différences entre le travailleur indépendant en portage salarial et l’auto-entrepreneur réside dans le statut juridique de ces deux régimes.

En effet, l’auto-entrepreneur est un travailleur indépendant classique. Il doit gérer lui-même son activité et respecter certaines obligations administratives, sociales et fiscales :

  • ouvrir un compte bancaire dédié à son activité professionnelle,
  • être immatriculé au répertoire des métiers,
  • souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle,
  • tenir une comptabilité...

Cependant, le régime fiscal et social de l’auto-entreprise est plus avantageux que celui des autres statuts juridiques (SASU, SARL...).

Le consultant en portage salarial, quant à lui, est considéré comme salarié de l’entreprise de portage salarial. Cela a deux conséquences essentielles :

La relation avec les clients

L’auto-entrepreneur et le porté n’ont pas la même relation avec leurs clients.

En effet, l’auto-entrepreneur est le seul interlocuteur face à son client. Il cherche lui-même ses futures missions et négocie leurs conditions de réalisation (montant des honoraires, nombre de jours travaillés par semaine...). Il est également en charge de la facturation et du suivi du paiement de ses clients.

De la même manière, le consultant porté prospecte lui-même ses futurs clients et négocie également les conditions d’exécution de ses missions. En revanche, il ne s’occupe pas de la facturation : la société de portage prend en charge l’ensemble des démarches administratives du consultant (facturation, relance clients...).

Attention : Les sociétés de portage ne sont pas autorisées à fournir des missions à leurs portés...

La tenue d’une comptabilité

En portage salarial, l’ensemble de la comptabilité est pris en charge par la société de portage. Le consultant fournit chaque mois un compte-rendu d’activité (CRA) permettant la facturation du client. L’entreprise de portage salarial transforme ensuite les honoraires facturés en rémunération versée au porté et accompagnée d’un bulletin de paie établi par ses soins.

En revanche, l’auto-entrepreneur est chargé de réaliser lui-même sa comptabilité (ou d’avoir recours aux services d’un expert-comptable). Il doit tenir un journal des recettes (répertoriant le montant et l’origine de l’ensemble des recettes de manière quotidienne) et un registre des achats (récapitulant le détail des achats effectués au cours de l’année).

Portage salarial ou auto-entrepreneur : la rémunération perçue

Le chiffre d’affaires

Contrairement au consultant porté qui n’est pas limité, l’auto-entrepreneur ne doit pas dépasser le seuil de 33 200€ de chiffre d’affaires annuel hors taxe (pour les prestations de services).

Le salaire perçu

Comme tout travailleur indépendant, l’auto-entrepreneur facture son client pour la prestation effectuée et perçoit un chiffre d’affaires. Il doit ensuite verser les différentes charges fiscales et sociales aux organismes dédiés. La rémunération qu’il perçoit correspond donc à son chiffre d’affaires diminué des différentes charges.

D’autre part, pour un auto-entrepreneur, le versement de cette rémunération dépend du délai de paiement de son client. En effet, de nombreux clients payent les consultants à 30 jours (voire 60 jours pour certains). Cela implique donc un décalage important dans la trésorerie du consultant.

En revanche, le consultant en portage salarial perçoit directement un salaire versé par la société de portage. En effet, celle-ci facture le client puis transforme les honoraires du consultant en salaire.

De plus, chez SPG, nous vous versons votre salaire en fin de mois, indépendamment du paiement de votre client. Ainsi, vous ne subissez pas de décalage dans votre trésorerie.

Auto-entrepreneur ou portage salarial : les démarches à effectuer

Afin de s’immatriculer, l’auto-entrepreneur doit effectuer une déclaration d’activité simplifiée. Les démarches à réaliser sont plus rapides que pour les autres statuts juridiques (SASU, SARL...).

Pour devenir consultant porté chez SPG, rien de plus simple :

  1. vous demandez un dossier de portage : notre société de portage s’occupe de l’ensemble des démarches,
  2. vous signez un contrat de travail avec SPG,
  3. votre client signe un contrat de prestation avec notre société de portage,
  4. vous pouvez démarrer votre mission sous 48h.

Portage salarial et auto-entrepreneur : le cumul est-il possible ?

Cumuler portage salarial et auto-entrepreneur : les conditions

Le cumul du portage salarial avec le statut d’auto-entrepreneur est tout à fait possible. En effet, le consultant porté étant considéré comme un salarié, rien n’empêche celui-ci de cumuler plusieurs statuts.

Les avantages du cumul du portage salarial et du statut d’auto-entrepreneur

Cumuler portage salarial et statut d’auto-entrepreneur vous permet de ne plus être soumis au plafond de chiffre d’affaires limitant l’activité d’auto-entrepreneur. Vous pouvez donc facturer certains de vos clients via votre auto-entreprise et d’autres via la société de portage salarial.

Auto-entrepreneur ou portage salarial : quel statut choisir ?

Choisir le portage salarial lorsque vous dépassez de facturation annuelle

Le principal inconvénient du statut d’auto-entrepreneur réside dans le seuil de chiffre d’affaires à ne pas dépasser. Ainsi, si votre chiffre d’affaires annuel hors taxe ne dépasse pas 33 200€, le statut d’auto-entrepreneur peut être intéressant pour vous.

Cependant, ce plafond est rapidement atteint dans le cadre de la vente de prestations de services. Pour exemple, un consultant qui travaillerait 20 jours par mois et prendrait 25 jours de congés payés sur l’année dépasserait le seuil de 33 200€ HT si son TJM (tarif journalier moyen) est supérieur à 154,50€.

En somme, si vous dépassez ce plafond annuel de chiffre d’affaires, le portage salarial peut être une meilleure solution pour vous. En effet, aucune limite de chiffre d’affaires n’est imposée.

Choisir le portage salarial pour vous concentrer sur le développement de votre activité

D’autre part, le portage salarial vous permet de vous concentrer uniquement sur la réalisation de vos missions et la recherche de nouveaux clients. En effet, notre société de portage gère pour vous l’ensemble de vos démarches administratives :

  • facturation de vos clients,
  • gestion de votre comptabilité,
  • établissement de vos déclarations sociales et fiscales,
  • versement des cotisations aux organismes dédiés...